Hannah Wilke

Hannah Wilke est née le 7 mars 1940 à New York de parents juifs, et décédée le 28 janvier 1993. L'américaine, durant sa carrière, se fait tour à tour peintre, sculptrice, photographe, vidéaste et artiste de performance. Ses parents étaient des immigrants d'Europe orientale. En 1962, elle obtient un baccalauréat en Beaux-Arts et un baccalauréat en sciences de l'éducation de la Tyler School of Art de Philadelphie.

Elle a enseigné l'art dans plusieurs écoles secondaires et rejoint en 1974 le corps professoral de l'École des arts visuels, à New-York, où elle enseigne la sculpture et la céramique jusqu’en 1991. De 1969 à 1977, Wilke entretient une relation amoureuse avec l’artiste pop américain, Claes Oldenburg : ils vivent, travaillent et voyagent ensemble pendant cette période.

Le travail de Wilke a été exposé à l'échelle nationale et internationale tout au long de sa vie et continue à être présenté à titre posthume. Une exposition de son travail à la Galerie « One-women gallery » a d'abord été présentée à New-York et ensuite à Los Angeles en 1972. Sa première exposition personnelle a eu lieu au musée de l'Université de Californie, à Irvine, en 1976 et sa première rétrospective, à l'Université du Missouri, en 1989. Des rétrospectives posthumes ont été présentées à Copenhague, Helsinki et Malmö, en Suède en 2000, et au Musée d'Art Neuberger en 2009. Depuis sa mort, le travail de Wilke a été exposé dans la « One-woman Gallery », des expositions de groupe, et plusieurs enquêtes sur l'art des femmes, y compris WACK! et « Elles » au Centre Pompidou.

Wilke a d’abord gagné une renommée internationale avec ses sculptures de vulves en terre cuite, dans les années 1960.

Ses sculptures, d'abord exposées à New York dans les années 1960, sont souvent citées comme une des premières représentations artistiques modernes et explicites de vagin, résultant du mouvement de libération des femmes. Ses sculptures de vulves deviennent la signature de Wilke : elle les travaille dans plusieurs médiums, couleurs et tailles, créant entre autres des installations de grandes surfaces, tout au long de sa vie. Également dessinatrice, Wilke a créé de nombreux dessins, au début des années 1960 et tout au long de sa vie. Dans une rétrospective de dessins de Wilke à la « Ronald Feldman Fine Arts, en 2010, Thomas Micchelli écrit dans « The Brooklyn Rail » : « qu’à son cœur, elle était une fabricante de choses, un artiste dont la sensualité et l'humour vont de pair avec son sens aigu formel et tactile de la rigueur ». Elle a chanté l'art du spectacle vivant et enregistré sur bande vidéo, à partir de 1974 « Hannah Wilke super-t-Art », une performance en direct de la cuisine (Kitchen), à New-York, où elle l’a également transformé en une œuvre photographique emblématique.

En 1974, Wilke a commencé à travailler sur son art photographique. « SOS art corporel » est une série de photographies d’elle-même ; elle commence par fabriquer de minuscules vulves minimalistes en gomme à mâcher, qu’elle greffe à son propre corps. Par la suite, elle se photographie elle-même dans diverses poses de pin-up, offrant une juxtaposition de glamour et de quelque chose qui ressemble à des scarifications tribales. Wilke explique les cicatrices sur son corps par une prise de conscience de l'Holocauste. Ces poses sont exagérées et sont une satire des valeurs culturelles américaines de la beauté féminine et de la mode. Ce travail se veut à l'origine un espèce jeu pour adultes. En 1974-75, Wilke expose ce projet au Centre Pompidou à Paris. Elle interprète également cette pièce en public, à Paris, en 1975 : ce sont les membres du public qui ont mâché de la gomme pour elle avant qu'elle ne sculpte les vulves pour les placer sur des papiers, qu'elle accroche sur le mur. Wilke utilise également de la gomme à mâcher de couleur pour différentes sculptures individuelles, utilisant plusieurs morceaux de gomme pour créer une superposition complexe représentant la vulve.

Wilke inventé le terme « performalists self-portraits » (performances d’autoportraits) pour créditer les photographes qui l'ont aidée, y compris son père (Première Performalist Autoportrait, 1942-1977) et sa sœur, Marsie Butter Scharlatt, dans « Arlen Hannah Butter and cover of appearances » (Arlene Hannah Butter et la couverture des apparences) de 1954 à 1977. Le titre de l'œuvre photographique et de la performance Wilke, « So Help Me Hannah » de 1979, lui vient d'une expression des années 1930 à 1940, et est une réinterprétation du stéréotype de la mère juive, illustrant les relations de Wilke avec sa mère.

Outre « Hannah Wilke Super-t-Art » en 1974, d'autres spectacles bien connus dans lesquels Wilke utilise son corps sont : « Gestures » (Gestes) en 1974 ; « Hell Boys » (Bonjour les garçons) en 1975 ; « Intercourse with », une installation sonore en 1974 et 1976 ; Intercourse en vidéo en 1976 ; et « Hannah Wilke Through the Large Glass » (hannah Wilke à travers le Grand Verre), réalisé au Musée d'art de Philadelphie en 1977.

Hannah Wilke meurt en 1993 d'un lymphome. Sa dernière œuvre Intra-Venus (1992-1993), est une œuvre photographique posthume de la transformation physique et de la détérioration résultant de sa chimiothérapie et de sa greffe de moelle osseuse. Les photographies ont été prises par son mari Donald Goddard (mariés en 1992), avec qui elle vit depuis 1982. Elles sont prises peu de temps avant sa mort, et confrontent les spectateurs avec des images personnelles de Wilke, progressant d’un état de santé, à travers la maladie, jusqu’à la mort. « Portrait of The Artist with her Mother, Selma Butter » (photo de l'artiste avec sa mère Selma Butter) aussi connue sous le nom d’Intra-Venus, 1978-82, dépeint les luttes de sa mère contre son propre cancer, auquel Wilke avait déjà été exposée avant de tomber malade. Intra Venus a été exposé et publié à titre posthume en réponse aux sentiments de Wilke, qui sont liés à ce que les procédures cliniques cachent aux patients, « comme si mourir était une honte personnelle».

« Intra Venus » contient également des aquarelles de visages et des dessins à la main, « Brushstrokes » (coup de pinceau), une série réalisée à partir de ses propres cheveux, et les cassettes « Intra Venus Tapes », une installation vidéo à 16 canaux.