Jane Frank

Jane Schenthal Frank est née Jane Babette Schenthal, le 25 Juillet 1925, et décédée le 31 mai 1986. Elle est une artiste américaine. Elle a étudié avec Hans Hofmann et Norman Carlberg, et est connue comme une peintre, sculpteuse, artiste multimédia et artiste du textile. Ses paysages, ses œuvres de médias mixtes et ses peintures abstraites font partie de collections publiques importantes, y compris celles de la « Corcoran Gallery of Art », du « Baltimore Museum of Art », et du « Smithsonian American Art Museum ».

Jane Frank (quand elle était encore Jane Schenthal) étudie à l'École « Park school » et reçoit sa formation initiale artistique au « Maryland Institute of Arts and Sciences » (maintenant connu sous le nom MICA, le Maryland Institute College of Art). Elle décroche en 1935 un diplôme en commerce de l’art et en illustration de mode. Elle acquiert ensuite une formation complémentaire à New-York, à ce qui est maintenant la « Parsons School of Design », dont elle sort diplômée en 1939. À New York, elle a également étudié à la « New School Theatre ». Sa scolarité terminée, elle commence à travailler dans la conception publicitaire, en jouant également dans la troupe du Summer Stock Theatre. Elle a commencé à peindre sérieusement en 1940.

Dans une lettre à Thomas Yoseloff, elle écrit qu'« avant 1940, mon expérience était entièrement dans l'art commercial », et que quand elle a commencé à peindre sérieusement, elle a dû « mettre derrière [elle] tout ce que [elle avait] appris avec tant de soin dans les écoles ». Elle commence une étude de l'histoire de la peinture, puis elle se concentre sur Cézanne, Picasso et De Kooning.

Jane Frank retourne sérieusement vers la peinture en 1947.

Après son retour à Baltimore, elle a épousé Benjamin Herman Frank en 1941. Selon le portrait dans « Baltimore County Women, 1930-1975 », Jane a auparavant travaillé comme artiste commerciale « pour les grands magasins et les agences de publicité », mais elle « a abandonné sa carrière dans l'art commercial pour le mariage et la famille ». Après son mariage, elle signe régulièrement ses œuvres comme «Jane Frank», jamais en incluant son nom de jeune fille ou ses initiales. Son mari, un constructeur, a construit leur maison, y compris un studio pour sa femme. Jane Frank retourne sérieusement vers la peinture en 1947.

Dans la décennie suivante, tout en élevant une famille qui se développe rapidement, la jeune mère œuvre également comme peintre professionnel, et a illustré trois livres pour enfants. Elle illustre les livres de plusieurs auteurs, dont Monika Mink. En 1948, Thomas Yoseloff, dans « The Further Adventures of Till Eulenspiegel »(1957, New York), présente des esquisses de Jane Frank, qui montrent déjà un penchant pour le collage et les juxtapositions de textures, ainsi qu'une forte composition en diagonale. La notice nécrologique que le « Baltimore Sun » lui écrit en 1986 mentionne qu'elle a publié un livre pour enfants, intitulé Eadie l'éléphant rose, écrit et illustré par elle.

Le professeur Phoebe B. Stanton de l'Université Johns Hopkins mentionne que deux fois en 20 ans après 1947, Jane Frank a souffert de maladies qui ont interrompu son travail pendant de longues périodes. La première de ces catastrophes était un grave accident de voiture en 1952, qui a nécessité de multiples interventions chirurgicales majeures et une longue convalescence, et la seconde était une « grave maladie potentiellement mortelle » en 1958. La maladie était si grave qu’elle a interrompu les travaux de peinture Jane Frank pendant environ deux ans.