louise bourgeois

Louise Joséphine Bourgeois est née le 25 décembre 1911 à Paris, France, et décédée le 31 mai 2010. Elle est une célèbre artiste américano-française de sculpture, connue pour ses contributions à l'art moderne et contemporain. Elle est très connue pour sa sculpture d'araignée intitulée Maman, qui lui a valu femme-araignée. En 2011, une de ses œuvres-araignées est vendue pour 10,7 millions de dollars, un prix record pour l'artiste en vente aux enchères, et le prix le plus élevé payé pour une œuvre d’une femme artiste. Elle est aujourd'hui reconnue comme la fondatrice de l'art confessionnal.

Dans les années 1940, après avoir déménagé à New-York avec son mari, Robert Goldwater, elle se tourne vers la sculpture. Bien que ses œuvres soient abstraites, elles suggèrent des visages humains et expriment des thèmes tels la trahison, l'anxiété et la solitude. Son travail est entièrement autobiographique, inspiré d'un traumatisme d'enfance : à un très jeune âge, elle a découvert que sa gouvernante anglaise était aussi la maîtresse de son père.

Elle est la cadette de 3 enfants. Lors de son enfance, ses parents possèdent une galerie qui expose principalement de tapisseries anciennes. Quelques années après sa naissance, la famille déménage hors de Paris et met en place un atelier de restauration de tapisseries en-dessous de leur appartement à Choisy-le-Roi. En 1924, son père, un coureur de jupons tyrannique, entretient une longue liaison avec sa professeur d'anglais et nounou. Selon Louise Bourgeois, Joséphine, sa mère, « une femme intelligente, patiente et endurante, et pas du tout une personne calculatrice » est au courant de l'infidélité de son mari, mais préfère fermer les yeux. Comme enfant, Bourgeois ne répond pas aux attentes de son père en raison de son manque de capacité. Finalement, il en vient à l'adorer pour son talent et son esprit, mais elle continue à le détester pour son tempérament explosif, sa domination dans la maison, et pour ses taquineries devant les autres.

En 1930, Bourgeois entre à la Sorbonne pour étudier les mathématiques et la géométrie, des sujets qu'elle apprécie pour leur stabilité. « J'ai eu la paix de l'esprit, seulement par l'étude des règles que personne ne pouvait changer ». Sa mère meurt en 1932, alors que Bourgeois étudie encore les mathématiques. La mort de sa mère l'incite à abandonner ses études en mathématiques, pour commencer à étudier l'art.

Son père pense que les artistes modernes sont des gaspilleurs et refuse catégoriquement de la soutenir.

Elle continue à étudier l'art en se joignant à des classes où les traducteurs sont nécessaires pour les étudiants anglophones, pour pouvoir suivre les cours sans débourser d'argent. C’est dans une telle classe que Fernand Léger voit son travail et lui dit qu'elle est une sculptrice, pas une peintre.

Bourgeois est diplômée de la Sorbonne en 1935, et continue à étudier l'art à l'Académie de la Grande Chaumière, où elle passe 1937 et 1938, ainsi que dans diverses autres écoles d'art, comme l'École du Louvre et l'École des Beaux-Arts de Paris. Pendant le temps où elle est inscrite à l'École des Beaux-Arts, elle se tourne vers les infidélités de son père pour trouver de l'inspiration. Elle découvre une force créatrice dans les traumatismes et les tensions de son enfance. Bourgeois a le goût d'une première expérience artistique, et visite fréquemment les studios et les expositions de Paris, pour apprendre des techniques artistiques. Bourgeois a brièvement tenu un magasin d'impression à côté de l’atelier de tapisserie de son père. Son père l'a aidé dans cette voie puisqu’il s'agit d'une profession axée sur le commerce.

Bourgeois rencontre son mari, Robert Goldwater, un historien d'art américain connu pour son travail de pionnier dans le domaine de ce qu'on appelle l'art primitif, en 1938, à la boutique d'impression Bourgeois. Goldwater visite le magasin pour acheter une sélection de tirages de Pablo Picasso, et ils parlent longuement du surréalisme et des dernières tendances. Ils se marient peu de temps après. Ils émigrent à New York la même année, celle où Goldwater reprend sa carrière en tant que professeur des arts à l'Université de New York Institute of Fine Arts, tandis que Bourgeois participe à « l’Art Students League de New York », et étudie la peinture avec Vaclav Vytlacil, tout en produisant des sculptures et des estampes.

Bourgeois est incapable de concevoir un enfant, donc Goldwater et elle retournent brièvement en France adopter un enfant français, Michel. Cependant, en 1940, elle donne naissance à un fils, Jean-Louis, et en 1941, elle donne naissance à Alain.